5 idées reçues

Le 11 sep 2019

La motricité libre, c’est...

1. Laisser tout faire !

Les frileux pensent que la liberté motrice, c’est laisser l’enfant entièrement libre et libre de tout faire. Pas du tout !!?!

enfant tyran.jpeg

La motricité libre, ça se prépare et ça s’accompagne !!!

Cela demande de réfléchir aux conditions préalables :

La sécurité affective de son enfant (ce qui le rassure)

La sécurité matérielle

L’aménagement de son espace de vie

Le choix du matériel de puériculture / des jeux

Le positionnement de l'accompagnement (posture, paroles adressées à l’enfant)

Les limites / le cadre : indispensable car sécurisant pour l’enfant

Pour conclure, un enfant laissé en liberté motrice, ne deviendra pas un ENFANT ROI !!!

L’adulte accompagnateur ne fait pas “à la place de…” mais encourage et accompagne son enfant sur le chemin de l’autonomie.

2. Stimuler son enfant sur le plan psychomoteur

motricite_libre_marche3.jpg

La motricité libre permet à l’enfant de découvrir toutes les étapes du développement à son rythme, il n’est donc pas nécessaire de vouloir le “stimuler”.

L’enfant n’a pas besoin qu’on lui apprenne à s’asseoir, à marcher, il découvrira toutes les étapes et trouvera les solutions en temps voulu !

Au contraire, anticiper ses besoins (cf image), c'est lui montrer qu'il a besoin de l'adulte pour faire les choses, ce qui le valorise pas et ne développe pas la confiance en soi !

La ML , c’est proposer un environnement riche et varié, aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

L’enfant aime explorer, tâtonner, expérimenter, faire des déductions scientifiques… C’est la multitude de ses expériences qui va lui permettre de mieux connaître son corps et ses limites, de se situer dans son espace.

3. Une mode

06_EmmiPikler.jpg

Le concept de motricité libre est un concept plutôt “ancien”, car sa fondatrice Emmi Pikler, l’évoque dans les années 30. C’est un médecin hongrois qui accompagne les enfants orphelins après-guerre. Elle se déplace aussi au domicile des familles pour conseiller et observer les progrès des enfants dans leur contexte familial.

Avec des pédagogies actives comme Montessori, fortement remises au goût du jour, l’enfant est placé au centre de ses découvertes. Il se trouve acteur de son développement.

Ce n’est donc pas une mode mais plutôt une tendance à l’éducation bienveillante et positive.

Des termes comme itinérance ludique, mouvement naturel ou d’exploration libre rentrent dans le langage courant.

Les pays nordiques et le Québec sont des exemples car ils favorisent les expériences tout au long de la journée en proposant des espaces de jeu originaux, basés sur le respect de la nature pour que la récréation soit vraiment un moment fun.

Quelques exemples : l’enfant peut monter sur le toit de la maisonnette, couper du bois, scier, grimper aux arbres.

Ces expériences le rendent compétent et plus sûr de lui.

4. Un truc de riches

cout éducation.jpg

La motricité libre est accessible à TOUS et à moindre coût!

Pratiquer la ML, c’est utiliser les objets du quotidien et son environnement naturel. Son terrain de jeu sera le jardin, les parcs, et l’hiver, l’exploration de la maison/ appart.

Seuls quelques achats sont nécessaires mais on oublie le superflu!

Pour bébé, j’investis dans un tapis ferme, une balle souple et quelques hochets.

Pour mon moyen / mon grand, je rends accessible ma table basse, des meubles bas pour laisser un libre accès en autonomie et un coin bibliothèque. Une pente et des marches, des briques de yoga (parcours moteur ou construction) pour observer son développement moteur.

Je réutilise une petite table usagée pour proposer des jeux à sa hauteur (illustration).

table ikéa réinvestie.jpg

Je réveille ma créativité en fabriquant moi-même DIY une cabane type tipi, des bouteilles sensorielles, des hochets, des plaques ou coussins sensoriels....

En matériel de puériculture, je ne me laisse pas convaincre par les boutiques spécialisées et je réfléchis à mes réels besoins ;)

5. Réservé aux professionnels

montessori pour les nuls.jpeg

La motricité libre, on en parle chez les pro de la Petite Enfance .... mais pas que !!!

C’est souvent un terme qui fait partie du projet pédagogique au même titre que :

L’aménagement d’une crèche est pensé pour la sécurité et le déplacement des enfants, c’est pourquoi, il est plus aisé de laisser l’enfant évoluer librement.

C’est cependant difficile d’accompagner un enfant en ML si ce n’est pas pratiqué à la maison. Il sera nécessaire d’être très progressif pour que l’enfant ne soit pas dans l’inconfort total. Ces changements doivent aussi être expliqués à l’enfant et les observations / progrès, transmises à la famille.

Pourtant, la ML, ça s’accompagne au quotidien, chaque minute de la journée où l’on montre à son enfant qu’il est compétent et où on l’encourage à l’autonomie.

La motricité libre ça se vit ! ça se passe pendant les temps de jeu, de soins, de repos, de repas… en intérieur et en extérieur.

Je suis une maman convaincue, et vous ??

Exprimez-vous sur Facebook et Instagram, j'attends vos commentaires ;)